Journée portes ouvertes Genre, Femmes, Paix et Sécurité

PLAN D’ACTION DE LA CEDEAO POUR LA MISE EN ŒUVRE DES RESOLUTIONS 1325 (2000) ET SUIVANTES DU CSNU SUR LES FEMMES, LA PAIX ET LA SECURITE

Cadre de l’évaluation du Plan d’Action Régionale
 Contexte et justification de l’évaluation

L’an 2000 est l’année qui consacre l’approbation par le Conseil de Sécurité des Nations Unies de la résolution 1325 (2000) sur les Femmes, la Paix et la Sécurité. Par cet acte de haute portée historique, le CSNU a voulu amener les gouvernements des Etats membres des NU, à reconnaitre les effets spécifiques directs et indirects des conflits armées sur les Femmes et les Filles ; mais aussi et surtout, les inviter à admettre l’importance et l’opportunité de la participation active des femmes à la prévention et à la résolution des conflits armés, ainsi que leur implication aux efforts de maintien de la paix et de reconstruction post- conflits ; si tant est qu’elles sont toujours parmi les victimes les plus vulnérables de ces crises .

Photo presidiumLe CSNU a aussi voulu, inviter les Etats à poser des actes allant dans le sens de la mise en œuvre effective des recommandations de la résolution, ce à l’effet d’accorder aux femmes le rôle qui leur revient de droit dans les dispositifs nationaux et internationaux de gestion des conflits armés.

La résolution 1325 (2000) est, de nos jours, devenue de fait, un outil clé dans le combat pour la prise en compte de la dimension genre dans les choix de politique des décideurs et la protection des femmes en particulier en situation de conflits. Ainsi, cet instrument, de haute portée préventive mais aussi outil de protection est devenu un instrument incontournable, pour avoir été consacrée, première résolution des CSNU, qui reconnait à la femme le droit d’être partie prenante, aussi bien à la prévention qu’à à la résolution des conflits armés. Comme tel, elle a ouvert la voie à d’autres résolutions qui s’inscrivent sur les mêmes objectifs. Il s’agit :

  • en 2008, de la résolution 1820 relative aux violences sexuelles contre les femmes et les filles en période de conflits armés
  • en 2009, la résolution 1888 portant création d’un représentant spécial du SG des NU pour le respect des engagements contre les violences faites aux femmes et aux filles en période de conflits armés ;
  • en 2009, la résolution ???? donnant mandat pour la surveillance et l’évaluation des initiatives des femmes pour la paix et la sécurité ;
  • en 2010, la résolution 1960 portant renforcement des engagements pour les résolutions précédentes ;
  • en 2013, les résolutions 2016 et 2122 relatives à la mise à disposition des données qualitatives et quantitatives et des travaux d’analyse sur les effets des conflits sur les femmes, leur contribution au processus de consolidation de la paix et le degré de prise en compte du genre dans le processus de pacification et de gestion des conflits.

Pour une mise en œuvre efficace, à grande échelle des résolutions 1325 (2000) et 1820 (2008), le CSNU s’est doté d’un Plan d’Action afin que chaque Etat puisse disposer d’un instrument qui lui permette, au travers la contribution des femmes, de participer activement, au renforcement des mécanismes nationaux et internationaux de gestion des conflits et de leurs retombées sur les couches sociales vulnérables. Dans ce sens, le CSNU a été suivi en cela par l’UA et les 192 Etats membres des NU ont été invités à traduire le plan en actions opérationnelles dans le cadre de de Plan d’Action National (PAN) visant plus particulièrement la protection efficace des femmes et des filles qui constituent un des segments des populations les plus exposés en particulier en période de conflits.

S’inscrivant sur cette même dynamique, la Région Ouest africaine, au travers l’UNOWA, l’ONU-Femmes, le Centre de la CEDEAO pour le DéveloppemIMG_1165ent du Genre (CCDG), l’Union du Fleuve Mano (UFM) et leurs partenaires, ont mis en place, àIMG_1172 partir de 2009, des modalités et dispositifs favorisant l’implication des femmes au processus de prise de décision en matière de paix et de sécurité. Ils ont également mis en place, en avril 2009, le Groupe de Travail, Femmes, Paix et Sécurité, une plateforme régionale chargée du suivi, d’échange et de coordination des actions des différents acteurs dans la sous-région.

Continuer…

Conférence en Côte d’Ivoire

  Thème « Femmes, Leadership et Sécurité » en Côte d’Ivoire : La participation de la femme dans la prise de décision en Afrique de l’Ouest. – Juin 2015

Objectif : renforcer les capacités des femmes leaders et les sensibiliser sur l’importance et la prise en compte du genre dans le secteur de la sécurité afin qu’elles puissent pleinement jouer leur rôle de leader dans le cadre du processus de réforme du secteur de la société en Côte d’Ivoire.

Dans le cadre de l’un de ses principaux objectifs qui est d’accompagner le processus d’intégration de l’égalité femme – homme dans les différents programmes gouvernementaux et non gouvernementaux du continent Africain,

AMLD a présenté les deux études qu’elle a réalisées sur et les deux études ont été transmises à l’ONUCI.:

Continuer…

Atelier de Consultation

 les Acteurs de la Société Civile sur l’alerte précoce – CEDEAO – Abidjan Juin 2015 A l’heure où le reste du monde fait face aux défis du développement durable, le continent Africain en général et la région ouest africaine en particulier connaissent une instabilité regrettable. On observe de plus en plus l’existence de mouvements armés liés à une recrudescence des conflits, au niveau national comme au niveau régional, affectant ainsi …

Continuer…

LA RES 1325 DU SYSTEME DES NATIONS UNIES ?

Histoire de la 1325 au Sénégal – Avril 2015

Les années 1990-2000 ont constitué un tournant dans les relations internationales: relations entre Etats, relations entre les peuples, les ethnies, les communautés religieuses, entre les sociétés civiles, relations entre les deux grands systèmes sociaux et politiques en compétition durant le XXème siècle. Les événements les plus marquants de cette période dans les relations militaires, économiques, politiques, sociales ont été les guerres du Golf, les génocides dans les Balkans, et au Rwanda, les conflits armés et leur cortège de populations déplacées et vulnérables. L’Organisation des Nations Unies (ONU) qui s’est spécifiquement intéressée aux femmes, a alimenté la réflexion, financé et conduit un ensemble d’actions concertées sur le terrain. C’est dans cet esprit que s’inscrit l’organisation d’espaces internationaux de débats avec comme points culminants les conférences mondiales sur les femmes: Mexico 1975, Copenhague 1980, Nairobi 1985 et Beijing 1995. Des Conférences mondiales, intenses durant les années 90, ont abouti à l’élaboration de calendriers d’actions spécifiques, relatifs au développement durable et équitable pour le siècle suivant. Parmi les manifestations les plus significatives, nous pouvons citer, entre autres:

  • Le Sommet de l’Enfance à New York (1990),
  • La Conférences sur les Droits de l’Homme à Vienne (1993),
  • La Conférence du Caire sur la Population en 1994,
  • Les Conférences régionales préparatoires de Pékin en 1994,
  • La Conférence Mondiale sur les femmes à Pékin en 1995,
  • Le Sommet Mondial sur le Développement Durable à Johannesburg (2000), Etc.

Toutes ces rencontres ont abouti à la formulation de recommandations ambitieuses et audacieuses visant l’égalité sociale, l’équité, la justice, le développement et la paix pour tout le Genre Humain. Dans cette mouvance, l’Afrique n’a pas été en reste:

  • L’Union Africaine (UA) : L’adoption par l’Union africaine (UA) du Protocole relatif aux droits des femmes en Afrique est un pas important dans le cadre des efforts faits pour promouvoir et assurer le respect des droits des femmes africaines. Adopté le 11 juillet 2003, lors du second sommet de l’Union africaine à Maputo, au Mozambique, le Protocole dit de Maputo, exige aux gouvernements africains l’élimination de toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard des femmes en Afrique et la mise en œuvre d’une politique d’égalité entre hommes et femmes. Il engage également les gouvernements africains qui ne l’ont pas déjà fait à inclure dans leur constitution nationale et autres instruments législatifs ces principes fondamentaux et à veiller à leur application effective.

Continuer…

Forum sur la Paix et la Securite

Forum International de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique Lors du Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique tenu en 2013, les chefs d’Etat et de gouvernements ont soutenu la proposition du Sénégal d’accueillir à Dakar un Forum informel sur la Paix et la Sécurité en Afrique en 2014, en partenariat avec l’Union Africaine et les partenaires internationaux, pour approfondir la réflexion sur …

Continuer…

Atelier Fatick

La Résolution 1325, le Genre et la Gouvernance du Secteur de la Sécurité INTRODUCTION Du 22 au 24 juillet 2014, se sont déroulées deux activités à Fatick au Sénégal, organisées par l’Alliance pour la Migration, le Leadership et le Développement (AMLD) et le Centre pour le Contrôle Démocratique des Forces Armées – Genève (DCAF), en collaboration avec le Réseau Paix et Sécurité des Femmes de l’Espace CEDEAO (REPSFECO). Fatick est la troisième région …

Continuer…

Paix et Sécurité

La réalité des conflits dans la sous région ouest africaine, ainsi que les violences qu’ils engendrent sur les populations, en particulier sur les femmes et les enfants préoccupent AMLD au plus haut point et l’oblige à s’impliquer davantage dans l’enseignement et la vulgarisation d’outils de construction et de maintien de la paix en plus de la sécurité physique et humaine.   AMLD Vulgarise la Résolution 1325 et suivantes du Conseil …

Continuer…

ATELIER a Saint Louis 19 au21 Aout 2013

 SENSIBILISATION SUR LA RESOLUTION 1325, LE GENRE ET LA GOUVERNANCE DU SECTEUR DE LA SECURITE Saint Louis 19 au 21 Aout 2013 La résolution 1325 (2000) sur les femmes, la paix et la sécurité du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) recommande « la participation des femmes dans toutes les actions de maintien et de consolidation de la paix », ainsi qu’une représentation accrue des femmes à tous les niveaux de …

Continuer…

Atelier sur réforme du secteur de la sécurité au Sénégal

Genre et reforme du secteur de la sécurité, ou en somme nous au Sénégal ? Objectifs de l’atelier L’objectif de la rencontre est de répondre aux préoccupations suivantes : les forces de défense et de sécurité sont-elles en mesure d’assurer l’intégrité  du territoire et la protection de la population contre les agressions ? Sont-elles républicaines ? Est-il pertinent d’engager une réflexion sur une réforme du secteur de la sécurité au Sénégal ou serait- il …

Continuer…

51ème Session de la CADHP à Banjul.

Le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’ouest a initié un groupe de travail sur le thème des Femmes, la paix et Sécurité.  Composé d’organisations de la société et d’agences des Nations Unies, ce groupe a pour mission d’accroitre la qualité et le niveau de participation des femmes dans la prévention, la résolution des conflits et l’engagement politique. La 51eme Session de la Commission Africaine des Droits de l’Homme …

Continuer…

En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur En savoir plus...

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close