Développement: Principales conclusions du rapport de l’OIT

Si le taux de pauvreté au travail a diminué au niveau mondial, les progrès réalisés dans les pays à faible revenu ont été très limités.

La forte croissance de l’emploi projetée dans ces pays, principalement due à la création d’emplois de mauvaise qualité, signifie que le nombre de travailleurs pauvres devrait augmenter en 2020-21.

Par conséquent, l’objectif d’éradiquer l’extrême pauvreté partout d’ici à 2030 – objectif 1 des objectifs de développement durable – deviendra encore plus difficile à atteindre.

Au niveau mondial, le taux d’emploi de la population en âge de travailler vivant dans les zones rurales (59%) est supérieur à celui des zones urbaines (56%). En revanche, le sous-emploi lié à la durée du travail est plus élevé dans les zones rurales (6%) que dans les zones urbaines (4%). Ces divisions sont plus prononcées dans les pays à faible revenu. Les disparités entre zones rurales et zones urbaines pourraient être exacerbées à l’avenir par les transformations qui accompagnent l’évolution technologique

La part de la population mondiale en âge de travailler vivant dans les zones urbaines serait passée de 50% en 2005 à 55% en 2019,
ce qui indique une migration importante des campagnes vers les centres urbains.

Cette migration a été plus forte dans les pays à revenu intermédiaire supérieur, où l’on estime que les deux tiers de la population en âge de travailler vivaient dans les zones urbaines en 2019, soit une augmentation de plus de 10% depuis 2005.

Les migrations internationales posent des problèmes supplémentaires aux travailleurs migrants concernés, qui très souvent ne jouissent pas des mêmes droits que la population nationale du pays de destination… et les femmes et les jeunes se heurtent à des obstacles supplémentaires pour participer au marché du travail

La sous-utilisation de la main-d’œuvre féminine est très prononcée en Afrique du Nord et dans les Etats arabes, touchant environ 40% des femmes dans la population active élargie dans les deux sous-régions (contre seulement 20 et 12% des hommes, respectivement). Outre l’accès à l’emploi, il existe également des disparités persistantes entre les sexes en ce qui concerne la qualité de l’emploi.

Chiffres-clés :

-188 millions de chômeurs dans le monde en 2019
– 3,3 milliards de personnes employées dans le monde en 2019
–1,4 milliard de travailleurs à leur propre compte et des travailleurs familiaux dans les pays à revenu faible et intermédiaire
– Plus de 470 millions  de personnes dans le monde ne bénéficient pas d’un accès adéquat à un travail rémunéré en tant que tel ou se voient  refuser la possibilité de travailler le nombre d’heures souhaité
– Environ 2 milliards de travailleurs dans le monde sont employés de manière informelle

– 630 millions de travailleurs dans le monde vivent encore dans une pauvreté extrême ou modérée, c’est-à-dire qu’ils gagnaient moins de 3,20 dollars par jour en parité de pouvoir d’achat
– En 2019, le taux d’activité des femmes n’était que de 47, soit 27 points de pourcentage de moins que celui des hommes (74%). Il existe de fortes variations régionales dans les disparités entre les sexes en matière d’accès à l’emploi.

Source : https://www.elwatan.com

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire