La France et le Sénégal s’unissent contre les migrations irrégulières

M.Edouard Philippe, Premier ministre français et M. Macky Sall, Président de la République du Sénégal, se sont réunis dimanche 17 novembre à Dakar pour discuter d’immigration et de la lutte antijihadiste au Sahel.

La France et le Sénégal se sont engagés, dimanche 17 novembre, à collaborer pour lutter contre les migrations irrégulières, lors d’une visite à Dakar d’Edouard Philippe, Premier ministre français. La rencontre avait surtout pour but de s’entretenir avec le président Macky Sall quant à la lutte antijihadiste au Sahel.
 
Les deux pays se sont engagés à « poursuivre une coopération efficace contre les migrations irrégulières« , comme l’indiquent les termes de la déclaration commune. « La migration doit être choisie et non subie, telle est notre conviction », a martelé Edouard Philippe, accueilli au palais présidentiel sénégalais.
 
Environ 2 milliards d’euros ont été versés au Sénégal depuis 2007 par Matignon pour « produire des résultats sur l’immigration irrégulière ». Edouard Philippe a ajouté croire que la coopération « peut encore s’améliorer dans la logique d’engagement réciproque ». 

Au Sénégal, la France a pour mission de moderniser l’état civil sénégalais, certains services de police et gendarmerie dédiés aux contrôles des frontières et à la lutte contre le trafic des migrants.

 
Des dépenses qui font partie d’un accord entre les deux pays. La France est le premier partenaire commercial et le premier investisseur étranger au Sénégal. Un contrat de plusieurs centaines de millions d’euros, doublé à celui d’une vente de missiles du groupe européen basé en France MBDA avaient été conclus.
 
Outre l’irrégularité de certains migrants, Matignon a voulu saluer la « vraie dynamique » migratoire légale, avec l’admission de 12.500 étudiants sénégalais dans l’enseignement supérieur français cette année. Un chiffre que le Premier ministre français souhaite voir augmenter, concernant « le nombre de passeports talents », réservés aux étrangers disposant de certaines qualifications, « et de visas de circulation de longue durée ». Avec, à la clé, un engagement de réduire de moitié les délais de traitements des demandes de visas dès 2020.
 
Cette annonce de collaboration entre les pays africain et européen entre en résonance avec le débat sur l’immigration au Parlement français sept semaines plus tôt, engagé par Emmanuel Macron. La discussion avait about à la future instauration de quotas d’immigration professionnelle.
 
Mais les deux dirigeants ne se sont pas uniquement focalisés sur la question migratoire. Sécurité, défense, éducation et émergence du Sénégal étaient également au programme des discussions. 

Le Sénégal est entouré de pays instables, entre plusieurs attaques jihadistes au Mali et au Burkina et une instabilité au Sahel. « Il ne faut pas baisser la garde, a averti Edouard Philippe. Les terribles événements survenus au Mali depuis le début du mois de novembre montrent que les groupes qui se revendiquent de l’Etat islamique résistent encore ».

Source : https://www.rtl.fr

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire