MISSION D’APPUI A OUAGADOUGOU

logo-groupe-fpsao

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités 2016 du Groupe de Travail Femmes, Paix et Sécurité en Afrique de l’Ouest (GTFPS-AO), une délégation achève quatre jours de mission d’appui à sa Représentation à Ouagadougou, au Burkina-Faso.

Débuté du 10 au 14 octobre 2016, cette mission fait suite à celle de la Mauritanie et du Niger. Elle a pour objectif principal de rencontrer les organisations de la société civile, le réseau des femmes du Sahel, les entités genres du gouvernement et les agences des Nations Unies, les jeunes et les acteurs locaux afin de les appuyer à créer une synergie d’action, et faire un plaidoyer pour une bonne mise en œuvre du plan d’action national Femmes, Paix et Sécurité.
Il s’agit également de sensibiliser les parties prenantes sur les résolutions 2242 et 2250 du CSNU.
Dans cette perspective, la mission a organisé des séances de travail et d’échanges avec chaque partie prenante pour présenter le GTFPS-AO, son objectif dans la sous région et le cas du Burkina.
Elle a rencontré le PNUD, la Représentante Résidente du FMI Mme Astou DIOUF, le Ministre de l’Action Sociale et la Promotion de la Femme Mme Laure ZONGO, la Direction de la Protection de la Femme, le Fonds Commun Genre, le GTFPS-Burkina Faso, la Plateforme des femmes du Sahel, le Fonds Commun Genre, le Ministère de la Justice des Droits Humains et de la Promotion Civique et le Groupe Thématique Genre des agence du SNU et la coordinatrice du Système des Nations unies au Burkina Madame Metsi MAKHETHA, Représentante résident du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) au Burkina.
Au cours des discutions, les parties prenantes ont indiqué un déficit de communication entre le GTFPS-Burkina, les entités genre du Gouvernement et les entités des Nations unies sur l’existence du plan d’action du GTFPS-Burkina, et sa mise en œuvre.
La mission appelle toutes les parties prenantes, à travailler dans une étroite collaboration pour une bonne mise en œuvre du plan d’action national en matière de Femmes, Paix, et Sécurité au Burkina.
A la fin des travaux, une présentation sur la résolution 2250 des Nations Unies a été faite à l’endroit de la jeunesse burkinabè afin de les sensibiliser.
Toutes les parties prenantes ont réitéré leur engagement pour une meilleure mise en œuvre des recommandations qui ont été faites.
Le GTFPS-AOlogo-1325

Partager :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laisser un commentaire