Briefing sur la paix et la sécurité en Afrique: un partenariat pour renforcer la paix et la sécurité régionales

Demain (26 septembre), le Conseil de sécurité organisera une réunion d’information au niveau ministériel sur le thème «Paix et sécurité en Afrique: un partenariat pour renforcer la paix et la sécurité régionales». Maria Luiza Ribeiro Viotti, chef de cabinet du cabinet du Secrétaire général, et Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, devraient faire un exposé.

La Russie (président du Conseil en octobre) et les trois membres africains du Conseil (Côte d’Ivoire, Guinée équatoriale et Afrique du Sud) ont diffusé une note conceptuelle avant le briefing ( S / 2019/743). Selon la note conceptuelle, l’objectif de la réunion est «d’examiner les mécanismes existants pour soutenir efficacement les réponses africaines et régionales aux menaces actuelles à la paix et à la sécurité sur le continent africain, dans le but d’intensifier les efforts régionaux et internationaux visant à remédier à ces menaces. défis de manière stratégique, soutenue et coordonnée ». À cet égard, la note conceptuelle souligne que les conflits en Afrique constituent une partie substantielle de l’ordre du jour du Conseil de sécurité et «exigent donc une part équitable des ressources allouées aux Nations Unies pour la prévention des conflits, le maintien de la paix et la consolidation de la paix après un conflit». pour que les efforts dirigés par les Africains soient mieux accompagnés d’actions entreprises au niveau international, y compris par les entités des Nations Unies compétentes ou le Conseil de sécurité,

La note conceptuelle pose plusieurs questions aux participants, notamment:

  • Quelles sont les causes profondes des conflits en Afrique et comment affectent-ils la paix et la sécurité internationales?
  • Que peut-on faire pour mieux soutenir les efforts multidimensionnels visant à les résoudre?
  • Que font les pays africains pour résoudre les problèmes de sécurité les plus urgents aux niveaux régional et sous-régional?
  • Comment la communauté internationale peut-elle contribuer plus efficacement aux efforts de l’Afrique et quelles autres actions sont nécessaires pour renforcer les capacités du continent dans le domaine de la paix et de la sécurité internationales, y compris les opérations de soutien de la paix?
  • Quelles formes de partenariat existantes se sont avérées les plus efficaces et quelles autres manières de créer de nouvelles synergies pourraient être explorées à l’avenir?
  • Que peut-on faire pour éviter la concurrence entre les principaux acteurs internationaux en Afrique et empêcher toute ingérence dans les affaires intérieures des pays africains?

Au cours des dix derniers mois, le Conseil a tenu plusieurs débats thématiques ouverts sur différents aspects de la question de la paix et de la sécurité en Afrique, à savoir la coopération entre l’ONU et les organisations régionales et sous-régionales et le renforcement des opérations de maintien de la paix en Afrique. Au cours de sa présidence de novembre 2018, la Chine a tenu un débat public ( S / PV.8407 ) sur le renforcement des opérations de maintien de la paix en Afrique. (Voir notre  Qu’est – ce en bleu  histoire  du 16 Novembre 2018.) Sous la présidence de la Côte d’Ivoire, le 6 Décembre 2018, le Conseil a tenu un débat ouvert ( S / PV.8414) sur la coopération entre l’ONU et les organisations régionales et sous-régionales, en mettant l’accent sur le rôle des États, des accords régionaux et des Nations Unies dans la prévention et le règlement des conflits, principalement en Afrique. (Voir notre  Qu’est – ce en bleu  histoire  5 Décembre 2018.) Le 27 Février, au cours de la présidence de la Guinée équatoriale, le Conseil a tenu un débat ouvert ( S / PV.8473 ) au titre du point de l’ ordre du jour « La coopération entre l’ONU et régionale et sous organisations sous-régionales: réduire au silence les armes à feu en Afrique »sur la manière dont l’UA et l’ONU peuvent coopérer pour mettre fin aux conflits en Afrique. Lors du débat du 27 février, le Conseil a adopté à l’unanimité la résolution 2457 , qui encourageait l’ONU et l’UA «à redoubler d’efforts pour coordonner leur engagement». (Voir notre  What’s in Blue histoire  du 26 février.)

Le financement des opérations de soutien de la paix de l’UA est une question clé qui pourrait être soulevée par les briefers et les membres du Conseil lors de la réunion de demain. Les membres africains du Conseil de sécurité ont toujours indiqué qu’une priorité était la recherche d’une résolution de fond sur le financement des opérations de soutien de la paix de l’UA par l’ONU, possibilité qu’une telle résolution soit proposée cette année. Toutefois, les membres du Conseil de sécurité ont exprimé des points de vue divergents sur la question par le passé. Les principaux contributeurs financiers, les États-Unis en particulier, craignent que les contributions de l’ONU aux contributions de soutien aux opérations de soutien de la paix de l’UA ne soient engagées et sont susceptibles de faire preuve de prudence en ce qui concerne le financement. Les États-Unis ont déclaré qu’ils n’envisageraient pas l’utilisation des contributions statutaires des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix de l’Union africaine sans la mise en œuvre démontrable de critères de référence en matière de transparence financière, de conduite et de discipline et de respect des droits de l’homme. En décembre 2018, après plusieurs reports ce mois-là, un vote sur un projet de résolution distribué par A3 alors (Côte d’Ivoire, Éthiopie et Guinée équatoriale) précisant les conditions de financement des opérations de soutien de la paix dirigées par l’UA au moyen de contributions versées par l’ONU a été annulé à la suite d’indications des États-Unis selon lesquelles il pourrait opposer son veto à la résolution. (Pour plus de détails, consultez notre article What’s In Blue Ethiopie et Guinée équatoriale) définissant les conditions de financement des opérations de soutien de la paix dirigées par l’UA au moyen de contributions de l’ONU, elle a été annulée après que les États-Unis eurent indiqué qu’il pourrait opposer son veto à la résolution. (Pour plus de détails, consultez notre article What’s In Blue Ethiopie et Guinée équatoriale) définissant les conditions de financement des opérations de soutien de la paix dirigées par l’UA au moyen de contributions de l’ONU, elle a été annulée après que les États-Unis eurent indiqué qu’il pourrait opposer son veto à la résolution. (Pour plus de détails, consultez notre article What’s In Bluehistoire  du 18 décembre 2018.)

Dans la perspective du mois prochain, les membres du Conseil de sécurité tiendront leur treizième réunion consultative annuelle avec les membres du Conseil de paix et de sécurité de l’UA à Addis-Abeba, en Éthiopie. Les membres des deux organes tiendront également des consultations informelles avant la réunion. À son retour d’Addis-Abeba, le Conseil de sécurité sera informé du rapport annuel du Secrétaire général sur les moyens de renforcer le partenariat entre l’ONU et l’UA sur les questions de paix et de sécurité en Afrique, y compris sur les travaux du Bureau des Nations Unies. l’UA.

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire