AFRIQUE : DES ORGANISATIONS FÉMININES DEMANDENT UN CESSEZ-LE-FEU EN AFRIQUE DE L’OUEST ET AU SAHEL

Des organisations féminines de la société civile de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel pour la paix et la sécurité demandent aux mouvements armés de déclarer officiellement un cessez-le-feu pendant la période de pandémie de Covid-19.
 Dans une déclaration dont l’APS a obtenu copie, ces organisations demandent à ces mouvements armées ‘’d’arrêter les attaques et de s’engager sur la voie de dialogue et de solutions pacifiques’’.


 Elles plaident en faveur du renforcement des mesures sécuritaires pour la protection des civils et d’‘’une attention toute particulière aux femmes, aux jeunes et aux enfants qui constituent les cibles les plus vulnérables’’.
 Les organisations féminines invitent toutes les parties prenantes à ‘’engager des discussions sur tous les problèmes et revendications en vue d’établir un climat de paix, de confiance et de stabilité’’ et demandent ‘’plus d’engagement de l’Union africaine, de la CEDEAO et du G5Sahel pour appuyer les initiatives endogènes de médiation pour atteindre l’objectif de faire taire les armes sur l’ensemble de la région du Sahel’’.

 Estimant que ce contexte de crise sécuritaire constitue un frein pour endiguer la progression de la pandémie de Covid 19, elles invitent les Etats à ‘’renforcer les mesures déjà prises pour éviter la transmission de la maladie’’. De même, elles les exhortent à « accompagner les campagnes d’information et de sensibilisation initiées par les acteurs de la société civile aussi bien dans les quartiers que dans les zones transfrontalières sur la pandémie et sur la paix, la sécurité, et les actes terroristes et de violences’’.


 Elles appellent à ‘’lutter contre la stigmatisation des personnes (…)’’ et à l’élaboration de ‘’politiques de sécurité alimentaire pour faire face à l’éminente menace qui pèse sur la sécurité alimentaire’’, la mise en place des mesures permettant la réouverture des écoles et des ‘’mesures supplémentaires pour assurer le déroulement pacifique des élections malgré les mesures de confinement dues au Covid-19’’.
 Elles saluent les efforts des chefs d’Etat et de gouvernement de la sous-région pour ‘’leur leadership et leur réactivité’’, l’engagement et les actions des organisations de femmes, des professionnels de la santé, de la protection civile et les forces de défense et de sécurité.


 Les organisations exhortent les populations à ‘’observer scrupuleusement, les consignes sécuritaires et sanitaires édictées par les autorités compétentes’’ et à ‘’ne pas céder aux manipulations visant à attiser la haine et les conflits intercommunautaires et d’œuvrer en faveur du rapprochement et de la cohésion sociale ayant depuis longtemps caractérisé la région de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel’’.
 Elles recommandent ‘’une plus grande implication’’ des organisations de femmes dans les actions de lutte contre la violence, la consommation de stupéfiants et le recrutement des jeunes dans les mouvements armés, une mutualisation des forces des organisations de femmes de la sous-région.

Les signataires de cette déclaration sont le Réseau Paix et Sécurité pour les femmes de l’espace CEDEAO (REPSFECO), la Plateforme des femmes du G5 Sahel (PF-G5S), le Réseau ouest-africain des jeunes femmes leaders (ROAJELF), le Réseau des femmes du fleuve Mano (REFMAP) Femmes Africa solidarité (FAS), Partners West Africa – Sénégal (PWA) et le Forum des femmes de l’espace Sénégal – Gambie – Guinée Bissau.

SOURCE : http://www.aps.sn

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire