Épargnez une pensée aux migrants bloqués

17 mai 2020 par Breaking News

Dans notre série de lettres de journalistes africains, Ismail Einashe écrit que les migrants sont confrontés à une période plus difficile depuis l’épidémie de coronavirus.

Des milliers de migrants africains sont bloqués en transit – incapables d’atteindre leur destination ou de rentrer chez eux parce que la pandémie de coronavirus a provoqué l’arrêt du monde.

Prenez deux points de sortie clés: la route de la Corne de l’Afrique via le golfe d’Aden au Moyen-Orient et la route de la Méditerranée centrale de la Libye vers l’Europe.

Sur la route de la Corne de l’Afrique, l’agence des Nations Unies, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a enregistré une forte baisse du nombre de passages de migrants.

En avril, seulement 1 725 migrants sont arrivés au Yémen en provenance de la Corne, contre 7 223 en mars, 9 624 en février et 11 101 en janvier de cette année.

L’année dernière, plus de 138 000 personnes – en moyenne environ 11 500 par mois – ont traversé des bateaux pour le Yémen, la majorité des Éthiopiens à destination de l’Arabie saoudite à la recherche d’un emploi.

Dans le port somalien de Bosaso, les migrants à destination du Moyen-Orient sont restés bloqués.

À Djibouti, des centaines de migrants ont été abandonnés par des trafiquants dans un pays où l’une des pires épidémies de coronavirus est survenue en Afrique.

«Le coronavirus a tout changé»

L’OIM estime qu’environ 400 migrants sont actuellement hébergés par des membres de la communauté éthiopienne locale dans des quartiers informels autour de la ville, mais l’agence affirme qu’ils sont confrontés à une stigmatisation et à des abus accrus car les voyageurs sont considérés comme porteurs du virus.

Un migrant de 19 ans a déclaré à l’OIM: “Je suis ici depuis environ trois mois. Le coronavirus a tout changé. Je ne peux pas continuer. Je ne peux pas rentrer car toutes les frontières sont fermées.”

Pendant ce temps, de l’autre côté de la mer Rouge, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, près de 3 000 migrants éthiopiens ont été expulsés à bord d’avions de charge, soupçonnés d’avoir un coronavirus.

La plupart d’entre eux sont des employés de maison – y compris des femmes de chambre – qui travaillaient légalement à bas salaire dans les États arabes riches en pétrole.

En Libye – l’autre point de sortie clé et la traversée maritime la plus dangereuse pour les migrants dans le monde – les restrictions ont empêché les bateaux humanitaires de secourir les migrants bloqués en mer – les migrants étant contraints de retourner dans un pays embourbé dans un conflit dangereux.

L’histoire continue

Il y aura probablement une forte augmentation des tentatives de migrer vers l’Europe une fois que les restrictions de voyage seront levées – notamment parce que les blocages dans les États africains ont aggravé la pauvreté et causé plus de dégâts aux économies déjà en difficulté.

Quant aux Etats européens, ils ont utilisé la pandémie Covid-19 pour politiser une fois de plus la question des migrations.

Malte a fermé ses ports et renvoyé des migrants en mer vers la Libye, tandis que l’Italie a déclaré que les migrants seraient mis en quarantaine sur des bateaux de sauvetage.

Covid-19 a exposé les migrants comme les personnes les plus marginalisées de cette pandémie.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indique que sur les 167 pays qui ont complètement ou partiellement fermé leurs frontières pour lutter contre le coronavirus, 57 n’ont pas fait d’exception pour ceux qui demandent l’asile.

Le droit de demander l’asile est un droit fondamental, bien que ces dernières années de nombreux États aient cherché à le restreindre.

La plupart des migrants africains restent en Afrique

En Europe, des pays comme l’Autriche, avec une longue expérience de politiques anti-migration dures, ont gelé le droit d’asile en utilisant Covid-19 comme justification.

Non seulement les droits des migrants ont été restreints, mais la responsabilité leur incombe également, avec une augmentation de la xénophobie car les migrants sont considérés comme porteurs de la maladie et décriés par les politiciens et les médias.

À Guangzhou en Chine, les migrants africains ont été soumis aux expulsions, au harcèlement et aux quarantaines forcées, en raison des craintes liées aux coronavirus, alimentées par un puits de racisme profond – ce qui a déclenché l’indignation et la colère en Afrique.

La Grèce a

mis les migrants en quarantaine sur des terres ouvertes sur l’île de Lesbos

La majorité de la migration en Afrique est intra-continentale – des Zimbabwéens en Afrique du Sud, des réfugiés sud-soudanais en Ouganda vers des travailleurs du Burkina Faso en Côte d’Ivoire.

L’Afrique du Sud a le plus grand nombre de cas de coronavirus en Afrique et c’est également un aimant régional pour des millions de migrants.

L’objectif de longue date du gouvernement est de réduire les migrations et il a saisi l’occasion offerte par la pandémie pour construire une barrière frontalière avec le Zimbabwe.

Il existe un danger que Covid-19 porte atteinte à long terme aux droits des migrants, car les États continuent d’adopter des politiques repliées sur elles-mêmes pour essayer de tenir à l’écart non seulement les personnes à la recherche de meilleures opportunités économiques en Europe, mais aussi celles qui fuient la persécution politique.

SOURCE : https://www.breakingnews.fr

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire