Un Sénégalais et un Ivoirien poignardés à mort dans un centre pour migrants en Essonne

Deux hommes ont été mortellement blessés à l’arme blanche dans la nuit de lundi à mardi dans un centre d’accueil pour migrants à Ris-Orangis, en région parisienne. Un suspect, également résident du centre, a été interpellé.

Un Sénégalais et un Ivoirien ont été tués à l’arme blanche au centre d’hébergement pour migrants Coallia de Ris-Orangis à une trentaine de kilomètres au sud de Paris, dans la nuit du 18 au 19 mai.

Le drame a eu lieu vers une heure du matin. À son arrivée sur place, la police a découvert le Sénégalais, âgé de 42 ans, dans sa chambre et l’Ivoirien, âgé de 29 ans, dans la cour à l’extérieur du centre d’hébergement, indique l’AFP citant une source policière.

Le premier a été blessé au thorax et dans le dos, et le second à une cuisse, au dos et au thorax. Les deux victimes ont rapidement succombé à leurs blessures, malgré l’intervention des secours.

Le principal suspect qui avait pris la fuite a pu être localisé deux heures plus tard grâce au témoignage d’un autre résident, selon cette même source. L’homme, un Malien de 36 ans, se cachait sur un site de la société d’assurance Macif, non loin du centre d’hébergement.

« Troubles psychiatriques »    

Blessé à la main, le suspect, qui était lui aussi résident de cette même structure réservée aux hommes seuls, a été interpellé sans incident et placé en garde à vue pour meurtre. Une source proche de l’enquête, citée par l’AFP, précise que ce dernier a déjà été condamné pour des faits de violence et a des « antécédents d’hospitalisation pour troubles psychiatriques ».

Selon le site du bailleur, le public accueilli dans ce centre, un CAES d’une capacité de 100 places, est constitué de « personnes fragilisées et isolées », de « personnes fragilisées avec troubles psychiques », de « jeunes sans ressources de 18/30 ans », de « personnes victimes de la traite des êtres humains et des réseaux de prostitution » ainsi que de « demandeurs d’asile ».

Le motif des deux agressions mortelles reste pour l’instant inconnu. La Sûreté départementale de l’Essonne a été saisie pour enquêter.

SOURCE : https://www.infomigrants.net

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire