Des migrants africains et haïtiens au Honduras défient la fermeture de la frontière pour atteindre les États-Unis

Des migrants africains, cubains et haïtiens bloqués au Honduras après la fermeture des frontières en raison de la pandémie de coronavirus ont commencé à marcher vers le nord mardi pour tenter d’atteindre les États-Unis, ont déclaré les autorités migratoires.

Des migrants d’Afrique, de Cuba et d’Haïti, bloqués au Honduras après la fermeture des frontières en raison de la pandémie de la maladie à coronavirus (COVID-19), se bagarrent avec des policiers lors d’une randonnée vers le nord pour tenter de rejoindre les États-Unis, à Choluteca, au Honduras, le 2 juin. , 2020.

De jeunes hommes et femmes portant des sacs à dos avec des enfants portant des masques faciaux ont marché le long d’une autoroute dans le sud du Honduras, près du Nicaragua, ont montré des images de télévision, même si le nombre de personnes dans le groupe n’était pas clair.

Un militant de la ville que le groupe a quitté, a déclaré que 102 personnes avaient commencé le matin, dont une dizaine de Cubains. Lizandro Vallecillo, porte-parole de l’Institut national des migrations, a déclaré avoir dénombré 50 personnes à partir d’images télévisées.

Vallecillo a déclaré que les migrants se trouvaient parmi quelque 260 personnes dans des abris pour migrants dans la ville de Choluteca, au sud du Honduras, depuis la mi-mars, lorsque le Honduras et les pays voisins d’El Salvador et du Guatemala ont fermé leurs frontières afin de contenir le coronavirus.

«Ils étaient à Choluteca mais ont décidé de partir en caravane. Ils visent à atteindre la frontière avec le Guatemala sur le chemin des États-Unis », a-t-il déclaré.

Jimmy Aguilera, militant du groupe de la société civile ACI-PARTICIPA à Choluteca, a déclaré que la police les avait arrêtés à un barrage routier dans une ville voisine appelée El Marillal.

« Ils demandent à être autorisés à circuler », a-t-il dit.

Les migrants africains, haïtiens et cubains sont bloqués à plusieurs endroits en Amérique centrale depuis que la pandémie a interrompu la mobilité mondiale.

Au Panama, qui compte actuellement environ 2 400 de ces migrants, 59 personnes dans des refuges pour migrants dans la province de Darien, au bord d’une jungle isolée séparant le Panama et la Colombie, ont été testées positives pour le coronavirus.

Le Honduras n’autorise actuellement que les camions de fret à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Un couvre-feu imposé pour la première fois en mars est toujours en vigueur, le pays ayant enregistré lundi 5 362 infections et 217 décès.

SOURCE : https://news-24.fr

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire