Afrique : plus de 90% des migrants en Europe prêts à refaire le voyage

L’information a été livrée dans rapport du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), se fondant sur les témoignages de centaines d’Africains arrivés sur le Vieux continent de manière irrégulière.

Le Pnud a interviewé mille neuf cent soixante-dix personnes venues de trente-neuf pays africains et arrivées en Europe par des moyens irréguliers. Répartis dans treize pays européens, tous parlent de « l’absence de choix ».

Le rapport, intitulé « Escalader les clôtures : paroles de migrants africains irréguliers en Europe », souligne que les migrants interrogés disent avoir quitté leur pays pour des raisons économiques et non pour demander l’asile ou la protection. Selon l’étude, tous les migrants qui viennent en Europe ne sont pas pas « pauvres » en Afrique et ont un niveau d’éducation plus élevé que leurs compatriotes restés au pays. Plus d’un sur deux avait un emploi stable avant son départ, mais ne gagnait pas suffisamment. Le rapport du Pnud indique que pour un grand nombre de jeunes, le manque d’opportunités est un déclencheur important de départ. Ils viennent en Europe en « mission » pour pouvoir venir en aide à la famille qui reste au pays.

Environ 53% des migrants africains ont reçu un soutien financier de la part de leur famille ou de leurs amis et, une fois en Europe, près de 80% d’entre eux envoient de l’argent à leurs proches. Le plus dur pour eux est de ne pas réussir à envoyer l’aide attendue. Et si la plupart des migrants sont venus en Europe pour assurer une vie meilleure à leurs familles, tous rêvent de retourner un jour au pays pour vivre auprès des leurs.

L’étude relève que les migrations sont une répercussion des progrès de développement en Afrique, inégaux et pas assez rapides pour répondre aux aspirations des jeunes, notamment. Dans son rapport, le Pnud lance un appel à « continuer à élargir les possibilités et les choix en Afrique »  tout en renforçant les possibilités de passer d’une migration « non régulée » à une migration « régulée », conformément au Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Source : http://www.adiac-congo.com

Partager :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire